En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
Citation du jour :  

Brouillard de mai, chaleur de juin, amènent la moisson à point


  

Mensuels de 2018

  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre

  

JANVIER 2018

Caractère dominant du mois

Ce mois de janvier se caractérise par une succession de perturbations actives dans un régime océanique particulièrement doux pour la saison.   

   

Précipitations

Les pluies et les chutes de neige en montagne sont très abondantes. Il est tombé 2 à 3 fois la normale sur l'ensemble de la région, jusqu'à 4 fois sur le relief du Massif central ! Le cumul mensuel atteint un niveau très élevé qui place janvier 2018 au 3ème rang des mois de janvier les plus pluvieux à l'échelle régionale, peu après 1996 et 2004. Le cumul dépasse les 100 mm sur la quasi-totalité du territoire, à l'exception d'un petite bande axée de la Lomagne au piémont ariégeois où il est tombé entre 80 et 100 mm. Les pluies les plus abondantes se situent vers le Massif central avec un arrosage partout supérieur à 200 mm. Le cumul atteint même 420 mm à Comiac (46) et Aurelle Verlac (12) et jusqu'à 485 mm à Lacaune, sur les hauteurs du Tarn, soit plus de 3 fois la normale et un record absolu pour cette station depuis le début des mesures en... 1897 !

2018-01.png  

  

Températures

La douceur a dominé tout au long du mois, avec des valeurs supérieures à la normale de 3 degrés, soit un niveau comparable aux températures habituellement observées au mois de mars ! Comme le montrent les cartes ci-dessous, les températures moyennes sont très élevées pour un mois de janvier, notamment pour les valeurs nocturnes (carte de gauche) qui font apparaître un excédent de 4 degrés sur une très grande partie du territoire de la région. Pour les températures minimales, c'est la moyenne la plus élevée depuis le début des mesures pour de nombreuses localités (Auch, Albi, Montauban) et la deuxième valeur la plus élevée après janvier 1996 pour Toulouse, Rodez et Gourdon. Les nuits les plus "chaudes" ont été observées au tout début du mois, avec des records de douceur pour un début janvier : par exemple 13°C à Lavaur (31) et Toulouse et 14°C à Cérizols (09) et Beaucaire (32) le 3 janvier. Sur l'ensemble du mois, phénomène très rare, on note seulement 2 nuits gélives, avec des températures comprises entre 0 et -2°C les 13 et 28 janvier à l'aube. Quant aux températures maximales, elles sont aussi bien élevées, avec un écart supérieur à 2 degrés par rapport à la normale de janvier sur une large bande centrale de la région, jusqu'à 3 degrés sur le piémont ariégeois. Les valeurs les plus douces sont observées également en début de mois, avec un niveau proche des records les 4 et 5 janvier : 18°C à Toulouse et Pamiers (09) et 19°C à Bioule (82), Puylaurens (81) et Tournay (65).

2018-01-1.png   2018-01-2.png

  

Insolation

Le soleil a surtout brillé par son absence, avec un déficit moyen de l'ordre de 50%. Près du Massif central, le déficit est encore plus marqué, jusqu'à 4 fois moins de soleil que la normale. Le soleil s'est montré particulièrement rare sur le nord de la région. Le cumul mensuel atteint seulement 33 heures de soleil à Albi et 25 heures à Gourdon, soit 4 fois moins que la normale.. Ce qui en fait le mois le plus gris depuis le début des mesures dans le Lot, en 1962. Plus au sud, le soleil a réussi à se montrer un peu plus mais le déficit atteint quand même 50% à Millau, 40% à Toulouse et 10 à 20% le long des Pyrénées.   

   

Vent

Avec le passage de perturbations très nombreuses tout au long du mois, le vent a soufflé souvent très fort. Dès le premier de l'An, la tempête "Carmen" a provoqué de très violentes bourrasques de vent d'ouest : 108 km/h à Millau, 111 km/h à Condom (32), Blagnac (31) et Tanus (81), 120 km/h à Saint-Félix (31). Puis le 7 janvier, c'est le vent d'autan qui atteint 96 km/h à La Bastide-Rouairoux (81) et 103 km/h dans le Lauragais. En milieu de mois, le vent d'ouest a soufflé à nouveau très fort, avec des pointes de 80 à 100 km/h les 16 et 17 janvier dans les plaines, et jusqu'à 120 km/h sur le relief du Tarn et de l'Aveyron.     

   

Faits marquants

- Orages du 7 janvier. Dans un flux de sud en altitude, un court épisode pluvieux traverse la région en fin de nuit et début de matinée, avec des pluies chargées de sable en provenance d'Afrique du Nord. Puis le vent d'autan se met à souffler (rafales de 70 km/h en plaine et 100 km/h sur le Lauragais) alors qu'une dépression centrée au large de Barcelone remonte lentement vers le fond du golfe du Lion. Dans l'après-midi, avec l'arrivée d'air froid en altitude, des phénomènes convectifs se développent sur un axe Aude-Gers et de gros orages éclatent en soirée, comme au coeur de l'été. Ces orages donnent par endroits de la grêle et des précipitations intenses : 57 mm à Revel, au pied de la Montagne Noire, 40 mm à Muret (31) et 38 mm à Gimont (32).

- Insolation très faible. Ce mois de janvier est marqué par un ciel bien gris, dû à une succession de perturbations pluvieuses. Le déficit atteint près de 40% à Auch et Toulouse, plus de 50% à Montauban, 65% à Albi et 75% à Gourdon. Ces deux dernières stations ont connu 17 jours sans le moindre rayon de soleil et une seule journée où le soleil a brillé toute la journée, le 24 janvier.  

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 25 : Très perturbé.

Dans un régime océanique dépressionnaire, le défilé des perturbations concerne toute la région. Dès le premier jour de l'an 2018, au passage de la tempête "Carmen", le temps se gâte dans l'après-midi et une ligne pluvio-orageuse traverse la région, accompagnée de rafales de vent qui dépassent les 100 km/h en de nombreuses localités. Les jours suivants, le temps reste maussade avec des passages pluvieux et à nouveau beaucoup de vent, notamment sur les hauteurs du Tarn et de l'Aveyron où les 120 km/h sont parfois dépassés. Puis le 5 janvier, une courte accalmie ensoleillée permet à la température d'approcher les 20°C sur le sud de Midi-Pyrénées. Mais le 7 janvier, une dépression centrée sur la Catalogne apporte beaucoup de pluie et des orages sur la région toulousaine et le sud du Massif central. Le lendemain, la pluie perdure en Aveyron et la neige s'abaisse jusqu'à basse altitude vers le Rouergue et l'Aubrac. Puis un temps plus calme s'établit temporairement, avec des brouillards matinaux puis un peu de soleil l'après-midi, dans une ambiance plus fraîche, notamment le 13 janvier où apparaissent les premières gelées de l'année. Mais dès le lendemain, les perturbations sont de retour et elles s'enchaînent à un rythme effréné jusqu'au 25 janvier, avec des pluies souvent abondantes et de fortes rafales de vent. La douceur persiste avec des températures souvent comprises entre 12 et 15°C les après-midi, et localement autour de 18°C en fin de période.    

   

Du 26 au 31 : Plus froid​.

Le 26 janvier, le flux s'oriente au secteur nord et le changement de type de temps est brutal. Les températures sont en chute libre et la neige s'abaisse jusque dans les vallées des Pyrénées. Les jours suivants s'installe un anticyclone d'hiver avec un ciel souvent gris et des brouillards qui s'attardent dans les plaines, alors que le soleil revient en montagne. La température est alors proche de zéro degré le matin et ne dépasse guère 5 à 7°C l'après-midi sous la grisaille persistante.  

   

Autres éléments  

Associé au manque d'ensoleillement, le nombre de jours de pluie ou de neige est nettement plus élevé que la normale. Quant aux quantités de précipitations, elles sont très largement excédentaires, avec un cumul mensuel supérieur de 50 à 60% aux valeurs normales d'un mois de janvier.     

   

Source : Météo France

   

   

   

FÉVRIER 2018

Caractère dominant du mois

En toutes zones, février 2018 se caractérise par une température moyenne nettement inférieure à la normale, qui le place au 3e ou 4e rang des mois de février les plus froids des 30 dernières années.   

   

Précipitations

Très abondantes sur les Pyrénées, mais faibles de la plaine montalbanaise aux Causses aveyronnais, les précipitations présentent un contraste nord/sud marqué. L'arrosage est particulièrement contrasté : 22 mm à Montauban, 298 mm à Cauterets (65). Ramenés à la normale de février, les cumuls sont déficitaires de 30 à 60% sur la moitié nord, alors que le relief pyrénéen reçoit 2 à 3 fois plus de précipitations que la moyenne. Cette inégalité se retrouve dans le nombre de jours pluvieux : 1 sur 4 sur les Causses Aveyronnais, 3 sur 4 sur le piémont pyrénéen. La journée la plus arrosée se situe le 5 sur la bordure languedocienne (60 mm à Fraïsse-Murat), le 14 en plaine (10 à 15 mm), et le 20 sur le piémont Pyrénéen (83 mm à Aulus (09)). La neige s'est invitée à 4 reprises jusqu'en plaine, avec tenue au sol le 8 et le 28.

2018-02.png  

  

Températures

Froid humide en 1ère décade, froid sec pour la dernière. Entre les deux, des températures plus conformes à la saison, et une petite parenthèse très printanière. Après la douceur remarquable de janvier, l'hiver reprend ses droits en février. L'écart à la normale de la température moyenne dépasse 2°C sur la majeure partie de la région, il est un peu plus faible entre Garonne et piémont pyrénéen. On est donc loin des valeurs atteintes en 2012, encore 3°C plus bas. Le déficit est plus important sur les températures diurnes, en lien avec le manque d'ensoleillement induit par un temps souvent perturbé. L'épisode neigeux débutant le 6 donne ainsi une journée sans dégel le 7 sur l'Aveyron, et des maximales de 0 à 2°C en plaine le 8. La nuit, la présence de nuages limite le refroidissement. Les minimales sont ainsi proches de la normale du piémont pyrénéen à la vallée de la Garonne, et les gelées à peine plus fréquentes qu'à l'accoutumée. Mais dès les premiers coteaux, cet écart s'amplifie, plus de la moitié des nuits sont gélives en Aveyron, dont 6 à 10 avec des minimales inférieures à -5 °C. Le froid devient glacial lors des nuits claires en fin de mois, avec -10 à -16°C en Aveyron, -6 à -10°C partout ailleurs.

2018-02-1.png   2018-02-2.png

  

Insolation

En dépit d'un retour du soleil en fin de mois, l'ensoleillement est déficitaire sur l'ensemble de la région, en particulier au pied des Pyrénées. La durée d'insolation est inférieure à la normale sur l'ensemble de la région. Le déficit n'est que de 10 % à Millau, il atteint 40% au pied des Pyrénées. La station de St Girons (09) enregistre ainsi son mois de février le plus gris depuis le début des mesures en 1991. Le début de mois est particulièrement maussade, mais la dernière décade a cumulé plus d'heures de soleil que les deux premières réunies.   

   

Vent

Les perturbations successives se sont accompagnées de vents d'ouest à nord-ouest souvent soutenus, mais sans excès : les rafales ne dépassent que ponctuellement 60 km/h, notamment le 13 le long des Pyrénées (78 km/h à Tarbes). Le seul épisode de vent fort du mois se produit le 28 : l'Autan atteint alors 130 km/h en pays castrais, 125 km/h en Lauragais et 111 km/h sur l'agglomération toulousaine.     

   

Faits marquants

- Neige en plaine le 8 et le 28. En début de mois, le refroidissement progressif de l'atmosphère finit par amener des flocons jusqu'en plaine : dans la nuit du 7 au 8, la région se couvre alors d'une couche de neige qui n'atteint qu'1cm à Toulouse mais s'épaissit dès les premiers coteaux. En fin de mois, c'est au contraire l'arrivée d'air doux et humide, après des journées très froides, qui déclenche à nouveau ces précipitations solides. Notre région voit à nouveau routes et autoroutes se couvrir de 1 à 5 cm en plaine ; le piémont pyrénéen, le Tarn et l'Aveyron restent épargnés grâce au fort vent de secteur sud.

- Fortes précipitations sur le piémont du 19 au 20. Durant deux jours le flux de nord bloque une perturbation active contre les Pyrénées. 80 à 100 mm de pluie ruissellent sur tout le piémont, et vont grossir l'Adour et la Garonne le 21.

- Bilan de l'hiver 2017/2018. Avec un temps souvent perturbé, et parfois fortement venté, ces 3 mois d'hiver se caractérisent avant tout par des précipitations abondantes, avec un excédent de 40 à 60% en plaine, et près du double de la normale sur le relief. Autre conséquence, le soleil s'est peu montré, en particulier au nord de la région où le déficit atteint 40%. Enfin, après avoir oscillé entre le chaud et le froid, cet hiver s'avère très proche des normales côté températures.  

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 13 : Froid eet perturbé.

Les perturbations défilent sur la région, donnant des précipitations un jour sur deux en plaine, mais de façon plus régulière sur le relief des Pyrénées et du Massif Central où le flux d'altitude de nord-ouest à nord accumule les nuages. La 1ère d'entre elles s'accompagne parfois de grésil, les deux suivantes ne donnent que de la pluie en plaine, mais au fil des jours l'atmosphère se refroidit et les flocons s'abaissent de plus en plus bas sur le relief. Au matin du 8, la neige tient au sol jusqu'en plaine. C'est la journée la plus froide du mois, la température plafonne le plus souvent entre 1 et 3°C sur la région, mais reste négative en Aveyron ou au pied des Pyrénées. Le 9, les gelées sont généralisées et marquées (-5.7°C à Auch). Du 10 au 13 le froid devient moins mordant, les flocons toujours présents se cantonnent sur les coteaux et en montagne.    

   

Du 14 au 20 : Douceur arrosée.

Les perturbations se succèdent dans un flux d'ouest à sud-ouest qui apporte de l'air beaucoup plus doux, en particulier le long des Pyrénées : 22.2°C le 15 à Tournay (65) ! L'arrosage est généreux partout le 14, et particulièrement copieux du 19 au 20 sur le piémont pyrénéen, lorsque le flux s'oriente à nouveau au nord : les cumuls en 48 h approchent et dépassent parfois 100 mm (141 mm à Aulus (09)).    

   

Du 21 au 28 : Sec et très froid​.

Ce flux de nord puis nord-est initie un changement de temps radical : hormis quelques chutes de neige résiduelles en Ariège jusqu'au 22, les précipitations cessent sur toute la région jusqu'au 27. Le temps est encore assez nuageux jusqu'au 24 mais l'atmosphère s'assèche et se refroidit au fil des jours. Les températures dégringolent, et la nuit du 26 au 27 est glaciale : -6 à -10 °C de la plaine au piémont, -10 à -16°C sur l'Aveyron et l'est du Lot ! Le 28, le flux bascule au sud-ouest, et la perturbation associée couvre à nouveau la région de neige en matinée. Mais en fin de journée, le vent d'Autan violent qui s'installe (111 km/h à Toulouse) balaie définitivement l'air froid accumulé.  

   

Autres éléments  

Pour le 3ème mois consécutif de ce coeur de l'hiver, l'ensoleillement est déficitaire. Ce manque d'ensoleillement est une conséquence du temps régulièrement perturbé. Une autre conséquence est la répétition des précipitations, 3 jours sur 4 en moyenne sur le mois, le plus souvent sous forme de neige.  

   

Source : Météo France

   

   

   

MARS 2018

Caractère dominant du mois

Ce mois de mars est surtout bien arrosé sur l'ensemble de la région , en particulier sur sa bordure est.
Il est également plutôt frais, surtout sur sa deuxième quinzaine.

  

Précipitations

Assez abondantes sur le Tarn et l'Aveyron, concernés par des épisodes de pluies méditerranéennes.
Elles sont le plus souvent excédentaires de 15 à 80 % du sud-ouest au nord-est.

Cette fois aucun département n'échappe à un arrosage plutôt généreux ! Il a beaucoup plu sur le Nord et l'Est de Midi-Pyrénées, avec ponctuellement des précipitations de 1.5 à 2 fois supérieures aux normales saisonnières, comme à Albi (96.5 mm), Castelsarrasin (103.9 mm), ou bien Millau ( 70.3 mm). La plaine toulousaine, le sud du Gers et le piémont pyrénéen ne sont pas en reste, mais avec des excédents plus proches de 10 à 40 %. Le ressenti du caractère maussade de ce mois est accentué par un nombre record de jours de pluie au seuil de 1 mm dans certaines stations : 21 jours à Gourdon, 20 à Villefranchede-Rouergue, 17 à Auch !!! On observe un excédent d'au moins 7 à 8 jours de pluie sur une grande partie de la région.

2018-03.png  

  

Températures

Un petit peu plus fraîches que les normales de saison, en particulier pour les températures maximales.
La moyenne sur le mois masque un net déficit du mercure durant la seconde quinzaine.

Les températures moyennes sont inférieures de seulement quelques dixièmes de degrés par rapport aux normales de saison.
Les minimales un peu plus douces compensent des températures maximales plus limitées en raison d'un ensoleillement timide.
Ce constat est assez homogène sur la région, la fraîcheur étant un peu plus accentuée en altitude sur et aux abords du relief Pyrénéen (déficit de -0.7°C à Tarbes, -2.3°C à Bagnères de Luchon, -3.6°C à Aston vers 1800 m d'altitude).
La première quinzaine est plutôt très douce pour la saison, avec des flux de sud à sud-ouest qui perdurent.
Les températures évoluent souvent entre 15 et 20 degrés l'après-midi en plaine (à 7 reprises à Auch, Toulouse ou Gourdon), voire plus au pied des Pyrénées par effet de foehn (24°C le 10 à St Girons, 21.7°C à Tarbes).
La deuxième quinzaine du mois voit le retour de températures beaucoup plus fraîches en journée : les températures n'atteignent cette barre des 15 degrés qu'à 2 reprises à Toulouse ou Auch, et plus du tout à Gourdon. Le mercure reste souvent inférieur de 4 à 5 degrés aux normales saisonnières.
C'est sur cette deuxième partie de mois qu'on enregistre les gelées les plus marquées, -5.6°C à Rodez le 22, -3.7°C le 23 à Tarbes.

2018-03-1.png   2018-03-2.png

  

Insolation

Assez nettement déficitaire sur l'ensemble de la région. Ce déficit atteint 15 à 30% des normales de saison, soit entre 30 et 50 h sur le mois.

Pas de rattrapage en mars après la grisaille de février, l'astre du jour est resté plutôt avare de ces rayons. Le déficit d'ensoleillement varie entre 30 et 50 heures suivant les stations, de 20% à Albi ou Toulouse, à 35% vers Gourdon. Les jours d'ensoleillement maximal sont faibles, 2 à 3 jours durant le mois. On dénombre environ 4 à 6 jours de durée d'ensoleillement très faible, inférieure à 1 heure.

  

Vent

Les multiples perturbations ou giboulées qui ont traversé la région, se sont accompagnées de coup de vent fréquents. Ainsi le nombre de jours de vent fort au seuil de 60 km/h est de 17 à Millau contre 14 pour la normale, 10 à Rodez ou Toulouse (normale de 6), 7 à Gourdon, 6 à Auch.
A noter un épisode de vent d'autan généralisé à l'ensemble de la région le 1er, on enregistre alors des vitesses de 122 km/h à St Félix Lauragais, 99 km/h à Millau, 98 à Toulouse, 90 à Rodez.
Les vents les plus soutenus sont orientés au nord-ouest en fin de mois.

    

Faits marquants

- Un nombre de jours de pluies record.
Ce mois de mars a certes été bien arrosé, mais c'est surtout la succession importante des perturbations ou des zones d'averses que l'on retiendra.
Ainsi, le nombre de jour de pluies (précipitations supérieures à 1 mm) est de 21 à Gourdon (du jamais vu depuis 1961 pour un mois de mars), 17 à Auch (record depuis 1985), et tout de même 17 à Rodez, 16 à Millau (derrière mars 2001 avec respectivement 21 et 17 jours de pluies).
En outre, mars 2018 est le quatrième mois consécutif de précipitations supérieures aux normales de saison.
- Une insolation toujours en berne.
Quatrième mois consécutif d'ensoleillement déficitaire : l'hiver fut bien gris !!
- Une dernière quinzaine très fraîche.
Les quinze premiers jours du mois nous ont fait croire à l'arrivée du printemps, mais la seconde quinzaine s'est révélée tout autre !
Les températures les plus froides sont enregistrées les 22 et 23 mars, en particulier en montagne ou en altitude.
On retrouve également quelques épisodes neigeux touchant le piémont et les vallées dès 400 à 500 m d'altitude les 19 et 20.
   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 7 : Flux de Sud-Ouest majoritaire.

Le temps est globalement perturbé sur la période, avec une succession de passages pluvieux, entrecoupés de quelques heures de vent d'autan et de grande douceur : un épisode de vent fort le 1er puis passage pluvieux et net rafraichissement le 2. Intermède ensoleillé et doux le 3, précédant un temps frais et faiblement perturbé le 4 et le 5 sur l'Ouest de la région, plus arrosé sur l'Est du Tarn et sur l'Aveyron. Du 6 au 7, un temps instable toujours par flux de sud ouest apporte quelques averses, orageuses notamment le 7.

   

Du 8 au 11 : Vent d'autan, grande douceur, quelques averses.

Le flux est orienté au sud : un régime de vent d'autan est en place, avec in fine le passage d'une zone pluvieuse instable en soirée du 10.
Les températures sont élevées, y compris le 11 après quelques orages, plus de 20°C au pied des Pyrénées.

   

Du 12 au 15 : Encore doux.

Toujours pas de beau temps, mais une atmosphère instable avec des averses accompagnées de vent fort le 12, de l'autan le 13 et le 14, puis à nouveau des averses le 15. Les températures restent plutôt élevées pour la saison, souvent supérieures à 15 degrés l'après-midi en plaine.

   

Du 16 au 23 : Net refroidissement.

Le temps est perturbé sur la période, avec des averses fréquentes, parfois orageuses, dans une ambiance de plus en plus froide. Le flux s'oriente au nord-ouest le 19 et le 20, la neige refait son apparition sur le relief au-dessus de 400 à 500 m d'altitude (5 cm au plateau de Lannemezan le 20 au matin). Du 21 au 23, un temps toujours bien frais mais assez sec s'impose.

   

Du 24 au 31 : Succession de pluies ou d'averses​.

Pas de répit pour la fin du mois : les précipitations sont très fréquentes sur l'ensemble de la région, il neige fréquemment en moyenne montagne. Les températures sont fraiches, quelques bons coups de vent accompagnent les averses et les giboulées, notamment le 30 le 31.

Autres éléments  

Le caractère déficitaire de l'ensoleillement depuis le début de l'hiver se poursuit encore avec l'arrivée du printemps. Les chutes de neige n'ont jamais été très importantes mais elles ont été fréquentes. Les hauteurs de neige en fin de mois restent excédentaires sur l'Est, l'Ariège, et atteignent des valeurs remarquables à l'Ouest sur les Hautes-Pyrénées.

Source : Météo France

   

   

   

AVRIL 2018

Caractère dominant du mois

Ce mois d'avril se caractérise par une moyenne des températures très élevée et par un cumul pluviométrique hétérogène.

  

Précipitations

Les pluies sont contrastées : bien marquées de la Bigorre au Quercy, ainsi que sur le sud du Massif central, mais beaucoup plus faibles de l'Ariège au nord-est de la région.

Les précipitations sont essentiellement concentrées en deux épisodes pluvieux : le premier du 8 au 12 avril, ponctué parfois d'orages de grêle, et le second dans les tout derniers jours du mois.
Le cumul pluviométrique est supérieur à la normale de la Bigorre à la plaine toulousaine et au Quercy, ainsi que sur le sud du Massif central où l'excédent atteint localement 2 fois la normale entre la Montagne Noire et les Causses du Larzac.
En revanche, le cumul mensuel est déficitaire sur l'ouest du Gers, ainsi que de l'Ariège à l'Aubrac, avec notamment un déficit de 40 à 50% sur tout le nord de l'Aveyron.

2018-04.png  

  

Températures

Les températures moyennes sont très nettement au-dessus de la normale avec un écart de 2 à 3 degrés par rapport aux valeurs habituelles d'avril. Ce cru 2018 se place au 3ème rang des mois d'avril les plus chauds depuis 1950.

Les températures de ce mois d'avril sont particulièrement douces sur l'ensemble du territoire, aussi bien pour les températures nocturnes que pour les températures diurnes.
C'est la période du 17 au 24 avril qui est la plus chaude, avec des températures souvent comprises entre 12 et 14°C au plus frais de la nuit et des valeurs d'un niveau estival en journée, nettement supérieures à 25°C au coeur de l'après-midi.
Ainsi le 18 avril, la température atteint 26°C à Toulouse, 27°C à Albi, 28°C à Montauban et 29°C à Pamiers (09). Puis le 20 avril, on relève 27°C à Mirande (32), 28°C à Puylaurens (81) et 30°C à Souillac (46). Le lendemain, jour le plus chaud du mois, la chaleur s'accentue encore, avec des températures maximales presque partout supérieures à 27°C et des pointes autour de 30°C sur le Rouergue, le Quercy et le sud du Tarn.
La moyenne mensuelle se situe entre 2 et 3 degrés au-dessus de la normale et place avril 2018 au troisième rang des mois d'avril les plus chauds depuis 1950, derrière 2007 et 2011.

2018-04-1.png   2018-04-2.png

  

Insolation

Avec un cumul compris entre 170 et 200 heures de soleil sur la région, la durée mensuelle de l'ensoleillement est conforme à la norme.

Au niveau de l'ensoleillement, ce mois d'avril se situe à un niveau très proche de la normale.
Malgré un période bien grise du 8 au 12 avril, puis à nouveau vers la fin du mois, plusieurs journées de plein soleil ont permis de compenser et d'atteindre un niveau proche des 200 heures sur de nombreuses contrées de la région. La période la plus ensoleillée se situe du 17 au 21 avril, avec 5 journées consécutives de ciel bleu.

  

Vent

Le vent de sud-est est le vent dominant du mois, avec des épisodes marqués par de violentes bourrasques dans le domaine de l'autan.
Dès le 3 avril, les rafales ont atteint 80 à 90 km/h dans le Tarn et l'Aveyron. Puis le 7 avril, le vent d'autan a soufflé à près de 100 km/h à Toulouse et 120 km/h dans le Castrais et le Lauragais.
Trois jours plus tard, des rafales de 90 km/h sont enregistrées à Millau (12) et Saint-Félix-Lauragais (31).
Puis du 18 au 20 avril, un vent de sud-est assez fort balaye une grande partie de la région, avec des rafales de 60 à 80 km/h.

    

Faits marquants

- Vent violent.
Le 7 avril, en marge d'une dépression centrée sur le nord de l'Espagne, le vent du sud souffle fort en montagne et le vent d'autan s'engouffre entre Pyrénées et Massif central. Les rafales atteignent en début d'après-midi les 100 km/h en plaine toulousaine et jusqu'à 120 km/h du Lauragais à la Montagne Noire. Ces violentes bourrasques qui perdurent jusqu'en soirée provoquent des dégâts importants sur le patrimoine arboré et occasionnent des coupures d'électricité, ainsi que des routes temporairement fermées, y compris sur la rocade toulousaine.
- Orages violents.
Du 9 au 12 avril, une "goutte froide" en altitude tournicote au-dessus de la région et de puissants cumulonimbus se développent au fil de la journée.
Des averses orageuses se déclenchent un peu partout, avec par endroits des cumuls très importants : il tombe par exemple 53 mm en moins de 2 heures à Castelsarrasin (82) avec des rafales de vent proches de 100 km/h. Toujours le 9 avril, des orages de grêle affectent l'agglomération toulousaine avec un tapis de grêle au sol observé à L'Union et à Muret. Puis le 12 avril, de fortes averses de grêle sont à nouveau observées sur le piémont pyrénéen, du plateau de Lannemezan au Comminges et au Volvestre.
  

RÉSUMÉ :

Du 1er au 7 : Doux et venté.

Dans un flux de sud-ouest à dominante anticyclonique, le temps est assez ensoleillé, malgré un ciel voilé par intermittence. Les températures sont douces de nuit comme de jour, avec des pointes de 20 à 23°C aux abords des Pyrénées, par effet de foehn. Le vent de sud-est souffle assez fort, avec des rafales plus marquées dans le domaine de l'autan, notamment le 7 avril où le vent atteint les 100 km/h en plaine et 120 km/h de la Montagne Noire au Lauragais, à l'approche d'une perturbation atlantique.

   

Du 8 au 16 : Frais et perturbé.

Une perturbation active donne un temps pluvieux sur l'ensemble de la région le 8 avril, avec des températures très fraiches. Puis un temps instable s'établit le lendemain, avec des orages localement accompagnés de chutes de grêle. Après une courte accalmie le 10 avril avec des éclaircies et du vent d'autan, le temps se gâte les jours suivants avec à nouveau de la pluie, puis des averses orageuses dans une ambiance assez fraîche (neige en moyenne montagne).

   

Du 17 au 24 : Beau et chaud.

Un anticyclone vient se positionner sur le nord de la France et sur l'Europe centrale. Il apporte un temps sec sur la région, avec ciel bleu pendant plusieurs jours, par vent d'autan modéré, temporairement assez fort vers la Montagne Noire et la plaine toulousaine. Les températures atteignent un niveau estival, avec des valeurs de 25 à 28°C  l'après-midi et des pointes autour de 30°C dans le Quercy et le Rouergue. Puis le 24, le ciel devient plus nuageux et des averses orageuses ponctuelles se produisent en fin de journée avant le retour du soleil le lendemain.

   

Du 25 au 30 : Frais et pluvieux.

Le temps se dégrade le 25, avec un ciel très nuageux et temporairement de la bruine au sud de la Garonne dans une ambiance très fraîche.
Puis des éclaircies se dessinent le 26, avant l'établissement d'un temps très instable jusqu'à la fin du mois.
Les pluies orageuses sont parfois abondantes, notamment sur les contrées axées des Pyrénées au sud du Massif central et les températures deviennent basses pour la saison avec des valeurs de 12 à 15°C l'après-midi.

Autres éléments  

Ce mois d'avril débute avec des conditions météorologiques perturbées et fraîches pour la saison. Le manteau neigeux présente encore des caractéristiques hivernales avec une relative bonne stabilité. A partir du 17 avril 2018, les conditions anticycloniques accompagnées de températures élevées, surtout en ce qui concerne les températures minimales, va faire évoluer rapidement ce manteau neigeux en lui donnant des caractéristiques printanières. La fonte du manteau neigeux débute alors et, l'activité avalancheuse de neige humide qui accompagne la fonte, devient régulière avec un petit ralentissement en fin de mois.

   

Source : Météo France

   

   

   

MAI 2018

Caractère dominant du mois

Ce mois de mai est surtout très arrosé, et relativement peu ensoleillé sur l'ensemble de la région. Les températures sont en revanche en tous point conformes aux normales saisonnières.

  

Précipitations

Des orages exceptionnellement nombreux nous ont assez copieusement arrosé. Ce constat est particulièrement vrai sur le relief des Pyrénées et le plateau Aveyronnais.

Les cumuls de précipitations sont très fréquemment supérieurs d'au moins 40 à 50 % par rapport aux normales. Là où les orages ont été les plus forts, ces cumuls atteignent le double des moyennes saisonnières. Toutefois, ces valeurs ont des précédents récents (2007 et 2013).
Les stations d'altitude du relief pyrénéen enregistrent des cumuls dépassant les 200 à 250 L/m², avec parfois plus de 20 jours de pluie dans le mois. Le temps a été un peu plus sec du Tarn-et-Garonne au Lot, avec même un petit déficit à Gourdon (-35 %) ou à Montauban (-11 %).
Il pleut fréquemment tout au long du mois excepté du 15 au 25, période pendant laquelle on observe une petite accalmie sur le front des orages.

2018-05.png  

  

Températures

Pas d'excès notable ni d'un côté ni de l'autre, les températures sont très proches des normales de saison.
Un peu plus fraîches pour les maximales, un peu plus douces pour les minimales.

Les températures moyennes sont très proches des normales saisonnières sur l'ensemble des stations.
En raison du temps souvent couvert qui s'est imposé, les températures minimales ont été plutôt douces : +1.1 à Toulouse, +1 à Auch, +0.6 à Millau.
Les maximales sont en revanche un peu plus fraîches: + 0.5 à Toulouse, + 0.6 à Auch ou à Millau.
Pas d'accès de fièvre " temporaire" durant ce mois, le mercure n'a jamais franchi la barre des 30 degrés, le nombre de jours > 25°C est un peu inférieur aux moyennes.
La journée la plus chaude est enregistrée le 25, avec près de 29 degrés dans les Gorges de l'Aveyron à St Antonin Noble Val.
Les deux premières décades connaissent un temps assez frais, avec des températures maximales fréquemment comprises entre 15 et 20 degrés sur l'ensemble des stations.
Petit coup de frais les matins du 01 et du 02, avec une petite gelée enregistrée à Rodez (-0.7°C), et  une fraicheur matinale généralisée sur la région (0.6 à Gourdon, 2.4 à Albi).
La troisième décade voit l'arrivée de températures plus élevées, comprises le plus souvent entre 20 et 25 degrés les après-midi.
les températures minimales sont alors aussi en hausse, oscillant entre 10 et 15 degrés au petit matin.

2018-05-1.png   2018-05-2.png

  

Insolation

Gros point noir de ce mois, l'ensoleillement est partout largement déficitaire, de 40 à 70 heures en plaine.
Le soleil a été particulièrement peu présent en montagne.

Conséquence du temps agité et perturbé, la durée d'ensoleillement est inférieure de 15 à 30% par rapport aux normales de saison, soit un déficit de 40 à 70 heures suivant les stations. Seule la période du 15 au 25 connait un ensoleillement un peu plus généreux. A Albi, on dénombre 5 jours d'ensoleillement quasi nul sur la première quinzaine, 4 jours à Toulouse, St Girons, ou Millau.

  

Vent

On ne recense pas ou peu de coup de vent fort sur la région durant ce mois.
Tout au plus un court épisode de vent d'autan du 25 au 26, avec des pointes maximales souvent comprises entre 70 et 80 km/h sur le domaine, ponctuellement 96 km/h à St Félix Lauragais, 91 km/h à Castres.
Plus généralement, c'est un vent d'un large secteur ouest qui a soufflé sur la région, le plus souvent modérément.

    

Faits marquants

- Orages violents.
Ce mois de mai s'est surtout caractérisé par un nombre très important d'orages violents : c'est le mois le plus foudroyé depuis mai 2000.
De fortes intempéries occasionnant de nombreux dégâts se sont succédé.
Le 3, de fortes pluies se produisent en montagne avec des cumuls atteignant les 30 à 50 L/m² sur le Couserans, les avants monts du Luchonnais.
Le 7, toujours sur le relief, des orages d'une intensité remarquable ont donné en moyenne 40 à 60 L/m² en montagne (éboulement en val d'Azun), et ponctuellement jusqu'à 70 L/m² vers St béat ou st Paul d'Oueil (luchonnais), jusqu'à 80 à 90 L/m² sur le Couserans (coulées de boue). De la grêle est également observée sur cet épisode.
Le 13, des pluies conséquentes arrosent une grande partie Est de la région avec des cumuls compris entre 30 et 40 L/m² de l'Ariège à l'Aveyron.
De nouveaux orages touchent le Tarn le 14, avec des cumuls proches de 40 à 50 L/m² sur le Sidobre.
On retiendra également les nombreux orages du 30, avec des cumuls fréquents de 30 à 50 L/m² sur la région, ponctuellement 70 à 80 sur le Comminges.
  

RÉSUMÉ :

Du 1er au 4 : Frais.

Flux de nord ouest plus ou moins perturbé: le ciel est souvent nuageux à couvert, en particulier en montagne. Passage d'une perturbation le 3, avec quelques flocons au dessus de 1800 m sur le relief des Pyrénées. Retour du soleil le 4, encore quelques averses en montagne.

   

Du 5 au 11 : Orages violents et temps perturbé.

Situation de marais barométrique : le 5, un temps variable avec averses s'installe. Les orages deviennent très forts les 6,7 et 8, et donnent de très forts cumuls surtout en montagne (coulées de boue sur le Couserans, éboulement dans le val d'Azun). Plus ponctuellement de très forts orages éclatent également sur le nord de la région.

   

Du 12 au 15 : Froid et perturbé.

Goutte froide stationnant sur la péninsule ibérique. Le temps est maussade le 12, avec des pluies conséquentes sur l'est de la région (plus de 30 L/m² de l'Ariège à l'Aveyron). De nouvelles averses se produisent le 13, puis à nouveaux des pluies les 14 et 15 dans une atmosphère très fraîche pour la saison (maxi de 11.6°C le 14 à Toulouse).

   

Du 16 au 23 : Belles éclaircies en plaine, et orages en montagne.

La masse d'air reste relativement humide et instable : les nuages bas matinaux laissent le soleil faire de belles percées en plaine. En revanche, des orages éclatent dès l'après-midi en montagne ou à proximité. Cette instabilité s'accentue à partir du 20. Le 21, ces orages sont généralisés et balaient une zone ouest de la région allant des hautes Pyrénées au Lot.

   

Du 24 au 26 : Flux de Sud.

Avec un flux qui se redresse au sud, la région bénéficie d'un temps généralement sec à défaut d'être très ensoleillé. Les températures sont en hausse, vent d'autan le 26 sur son domaine.

   

Du 27 au 31 : A nouveau très arrosé.

En liaison avec une goutte froide qui stagne sur l'Espagne puis la méditerranée, de forts orages sont de retour dès le 27 au soir.
L'arrosage est ensuite quotidien, de fortes précipitations sont enregistrées les 29 et 30 du mois.

Source : Météo France

   

   

   

JUIN 2018

Caractère dominant du mois

Ce mois de juin 2018 est plutôt chaud par rapport aux normales de saison, assez bien ensoleillé.
Le temps est très orageux durant la première quinzaine, plus calme et estival ensuite.

  

Précipitations

Bilan très contrasté : l'ouest de la région a connu de très fortes pluies orageuses, des cumuls supérieurs à 2 fois la normale. Le temps a été plus sec du Lot au Tarn.

Le bilan pluviométrique brut est contrasté entre une façade ouest copieusement arrosé par de forts orages et une bordure orientale cette fois plus sèche. Les cumuls atteignent les 150 à 200 mm sur les Hautes Pyrénées et le Comminges, et sont compris la plupart du temps entre 80 et 100 mm sur le Gers et la face ouest du Tarn et Garonne et du Lot. Sur le reste de la région, les cumuls sont plus hétérogènes. Quelques zones de la plaine toulousaine au Tarn recueillent au total moins de 60 mm. Les principales pluies orageuses se concentrent sur la première quinzaine, en particulier près du relief où elles sont alors quasi quotidiennes. La seconde partie du mois ne voit quasiment aucun épisode pluvieux ou orageux se produire sur la région.

2018-06.png  

  

Températures

Les températures moyennes sont supérieures de 1.5°C environ aux normales. La première partie du mois a connu des températures assez fraîches, une relative chaleur s'est ensuite installée.

Les températures minimales et maximales sont assez nettement supérieures aux normales de saison sur l'ensemble de la région, de 1.5°C environ. Cet excédent est plus faible sur et aux abords du relief pyrénéen, où le temps plus couvert les après-midi a tempéré nettement la hausse du mercure en journée.
Cette relative chaleur se retrouve essentiellement sur le nord de la région.
Le nombre de jours où les 30°C sont dépassés varie de 4 (par exemple pour Auch) à 8 (Montauban) sur les stations de plaine, 2 à Tarbes ou à Rodez.
On distingue assez nettement une première partie de mois, jusqu'au 18 environ: le mercure dépasse rarement la barre des 25°C l'après-midi, et reste nettement sous les 30°C. Les températures minimales oscillent alors autour des 15 degrés en plaine.
A partir du 18, l'été s'installe pleinement: le mercure est alors souvent proches des 28/30°C en plaine. Un petit pic de chaleur est enregistré le 30, avec 32.9°C à Montauban, 33.4°C à Gourdon, et 33.5°C à Albi.
Après un petit coup de fraîcheur le 23 au matin (9.2°C à Auch), les températures minimales sont ensuite en progression quasi constante en plaine. Elles atteignent ou approchent alors les 20°C en fin de mois.

2018-06-1.png   2018-06-2.png

  

Insolation

L'ensoleillement est conforme aux normales de saison. L'est de Midi Pyrénées semble cette fois plus favorisé que la façade ouest exposée aux orages.

On mesure un déficit de la durée d'insolation mensuelle d'environ 15% à Tarbes par rapport à la normale, soit une trentaine heures.
On retrouve un excédent du même ordre de grandeur du département du Lot à celui de l'Aveyron.
Comme on le voit sur le graphique, après un début juin peu lumineux, la fin du mois est généralement très ensoleillée.

  

Vent

La situation est restée calme sur Midi Pyrénées pour ce paramètre météo avec un vent dominant d'un large secteur ouest, souvent faible à modéré.
Seul le sud de l'Aveyron, avec un vent de nord un peu plus présent connait 3 jours de vents compris en 60 et 70 km/h.
Le vent d'autan a très peu soufflé sur son domaine.
Les quelques occurrences de vent fort sur la région sont des rafales sous orages, notamment le 2 avec 73 km/h à Toulouse, 61 km/h à Tarbes.

    

Faits marquants

- Orages forts et fortes pluies.
Ce sont une nouvelle fois les forts orages et fortes pluies qui marquent ce mois de Juin 2018 :
D'abord le 2, avec des grêlons de 10/15 mm observés sur le nord de Toulouse.
Les orages du 9 et du 10 sont également remarquables sur le Gers, avec là encore des dégâts en raison de la grêle et des fortes pluies : on observe le 9 jusqu'à 50/60 mm à St Clar ou Lavardens. Puis le 10, jusqu'à 40/50 mm sur un axe allant de l'Ouest du Gers au département du Lot en passant par le Tarn-et-Garonne.
L'épisode pluvieux du 12 et du 13 est également particulièrement remarquable sur les Hautes Pyrénées et le Comminges, provoquant notamment l'éboulement sur une portion de la route du col d'Aubisque côté Laruns.
A la station de Tarbes, on relève 84 mm pour la journée du 12, (record de précipitations quotidiennes pour un mois de juin).
On enregistre ponctuellement sur cet épisode jusqu'à 100/110 mm en montagne.
On notera aussi à Tarbes les 11 jours de pluie ou d'orage sur les 13 premiers jours du mois, pour illustrer le caractère hautement humide de ce début juin près du relief.
  

RÉSUMÉ :

Du 1er au 13 : Des orages parfois violents, des fortes pluies.

Flux de sud à sud-ouest instable en tout début de mois, des orages se produisent : d'abord limités au relief et à l'ouest de la région le 1, ils se généralisent à l'ensemble de Midi-Pyrénées les 2 et 3, de la grêle est observée. Du 4 au 6, avec une dépression située sur le nord-ouest de l'Espagne, les averses orageuses sont nombreuses et donnent partout de bons cumuls de pluie. Du 7 au 8, une accalmie se dessine avec une hausse temporaire du champs de pression.
Le 9, nouvelle instabilisation de la masse d'air: des orages forts sont observés la nuit suivante du Gers au Lot. Puis le matin du 10, ils gagnent l'Est de la région avec un arrosage partout conséquent. Une relative accalmie est observé le 11, de bons moments de soleil précédent quelques averses. Le 12 et le 13, dans un flux de nord-ouest, une nouvelle grosse dégradation touche en particulier les abords du relief pyrénéen. Des cumuls pluviométriques de l'ordre de 80 à 100 mm sont observés sur certaines stations, des Hautes-pyrénées au Comminges, jusqu'à 20/30 mm sur l'Aveyron.

   

Du 14 au 18 : Flux océanique faiblement perturbé.

Un flux de nord ouest plutôt frais pour la saison s'installe sur la région. Le temps est variable à nuageux le 14, un peu plus maussade le 15 avec quelques pluies ou averses peu marquées du midi toulousain au département du Lot. Du 16 au 18, les nuages gardent l'avantage, donnant près du relief quelques gouttes de pluie ou de la bruine. Les températures maximales sont inférieures en plaine à 25 degrés sur cette période.

   

Du 19 au 30 : Arrivé d'un temps estival.

Du 19 au 21, Les hautes pressions s'installent: malgré une relative fraîcheur matinale, le mercure monte en fin de période bien au delà des 30 degrés en plaine. Du 22 au 25, le flux s'oriente au nord-est, le beau temps reste toujours d'actualité mais le mercure est en baisse.
Du 26 au 30, le temps redevient de plus en plus chaud les après-midi, toujours ensoleillé malgré quelques nuages bas le matin ou mer de nuages en montagne.

   

Source : Météo France

   

   

   

JUILLET 2018

Caractère dominant du mois

Ce mois de juillet 2018 se caractérise par des températures très élevées, de jour comme de nuit, et par des pluies orageuses souvent abondantes.

  

Précipitations

Le cumul des pluies est excédentaire sur presque toute la région, à l'exception du Quercy et de l'Aubrac. Le sud de la Haute-Garonne est le secteur le plus arrosé, suite à de violents orages.

Les précipitations sont légèrement déficitaires sur l'Aveyron et le Lot, mais elles sont excédentaires partout ailleurs. Les secteurs les plus arrosés se situent au nord des Pyrénées, suite à une succession de violents orages, notamment vers la mi-juillet.
Ces orages, accompagnés de pluies diluviennes, ont fini par donner un cumul mensuel souvent supérieur à 200 litres par mètre carré du Comminges au nord de l'Ariège. Le total atteint même 243 litres à Saint-Ybars (09) et 274 litres à Cérizols (09), soit 5 fois la normale !

2018-07.png  

  

Températures

La chaleur a dominé tout au long du mois avec un excédent moyen de l'ordre de 2 degrés. Les températures maximales sont même supérieures de 3 à 4 degrés dans le Quercy et le Rouergue.

Ce mois de juillet a commencé dans la chaleur... et il a fini dans la chaleur ! Hormis un petit épisode frais du 20 ou 22 juillet et une journée isolée de fraîcheur le 16 juillet après les violents orages de la nuit, toutes les températures maximales se situent au-dessus de la normale. La barre des 30°C a été franchie à 20 reprises et l'écart à la normale se situe entre +2 et +3 degrés, avec les valeurs les plus élevées pour le Quercy et le Rouergue.
Dès le début du mois, la chaleur a été intense : 35°C le premier juillet à Bioule (82) et Souillac (46). Puis le 14 juillet, la température atteint 35°C à Beaucaire (32) et 36°C à Montricoux (82). Après un court répit, la chaleur s'installe durablement, avec un pic de températures caniculaires le 26 juillet : 35°C à Toulouse, 36°C à Montauban, 37°C à Entraygues (12) et 39°C à Souillac (46) !
Quant aux températures nocturnes, elles sont aussi généralement supérieures aux normales (+1 à +2 degrés), sauf sur le Tarn et l'Aveyron où elle se situent à un niveau légèrement inférieur aux valeurs habituelles de juillet.

2018-07-1.png   2018-07-2.png

  

Insolation

Le soleil a brillé largement avec plus de 300 heures sur tout le territoire de Midi-Pyrénées et un excédent quasi généralisé de l'ordre de 25%.

Le temps temporairement nuageux vers le milieu du mois n'a pas empêché un ensoleillement très important. Le cumul mensuel est partout supérieur à la normale, avec plus de 300 heures de soleil dans les régions de plaine et près de 350 heures à Millau. C'est le mois de juillet le plus ensoleillé des 30 dernières années à Toulouse, Gourdon et Rodez et tout près du record de 2003 pour les autres points de mesure.

  

Vent

Le vent a soufflé modérément au fil du mois, alternant entre un léger souffle d'autan et un vent d'ouest temporairement assez marqué.
Mais les violents orages qui ont sévi en milieu de mois ont été accompagnés de très fortes bourrasques de vent : 90 km/h dans le Lauragais le 13 au soir, puis 106 km/h le lendemain à Tarbes. Puis avec la vague orageuse dans la nuit du 15 au 16 juillet, les rafales ont atteint 105 km/h à Muret (31), 106 km/h à Millau et 125 km/h à Saint-Félix-Lauragais (31).

    

Faits marquants

- Violents orages de la mi-juillet.
Après plusieurs jours chauds et sec, le temps devient très instable dans la soirée du 13 juillet, avec des orages localement forts sur le sud de la région. Puis les 2 jours suivants, dans une ambiance tropicale, la température atteint 32 à 35°C et de puissants orages se déclenchent le soir et dans la nuit de la Bigorre au Midi-toulousain. Les orages les plus violents donnent de la grêle à Tarbes le 14 juillet, puis des pluies diluviennes dans la nuit du 15 au 16 juillet, avec des cumuls de 100 à 150 litres par mètre carré en 12 heures dans le Volvestre et le Lauragais.
Ces orages, accompagnés de bourrasques de vent souvent supérieures à 100 km/h ont provoqué de gros dégâts et des inondations importantes dans de nombreuses communes du sud de la région.

- Ensoleillement remarquable.
Avec environ 15 journées de ciel tout bleu, le cumul de l'ensoleillement atteint un niveau très élevé sur toute la région. C'est le mois de juillet le plus ensoleillé des trente dernières années en de nombreuses localités de Midi-Pyrénées et les journées où le ciel est resté très nuageux du matin au soir sont très rares (pas plus de 3 ou 4 jours).
  

RÉSUMÉ :

Du 1er au 4 : Chaud et orageux.

Un flux de sud-ouest en altitude apporte de l'air chaud et instable.
Les journées sont souvent bien ensoleillées avec des températures qui dépassent souvent les 30°C.
Puis en fin de journée des orages se déclenchent, plus fréquents des Pyrénées au sud du Massif central et parfois accompagnés de chutes de grêle, notamment les 3 et 4 juillet.

   

Du 5 au 12 : Anticyclonique.

Le temps se calme avec le retour de conditions anticycloniques. Après deux journées fraîches et nuageuses, avec quelques petites ondées éparses, le temps s'améliore progressivement au fil des jours avec des plages ensoleillées plus durables et des températures estivales, proches de 30°C les après-midi.

   

Du 13 au 20 : Violents orages.

Avec des pressions basses et le retour d'un flux de sud-ouest en altitude, le temps instable est de retour. Les journées sont très chaudes et le temps tourne à l'orage en soirée, principalement sur le sud de la région. Ces orages sont accompagnés de pluies abondantes et de fortes rafales de vent plusieurs nuit de suite entre la Bigorre et la Montagne Noire, avec par endroits des inondations et des coulées de boue. Après une accalmie le 17, une nouvelle vague orageuse traverse la région dans l'après-midi du 18 juillet. Puis les deux jours suivants, le temps reste instable avec encore quelques averses orageuses.

   

Du 21 au 31 : Beau et chaud.

Le temps s'améliore progressivement avec une hausse de pression durable. Le début de la période se déroule sous un ciel souvent très nuageux, avec des températures fraîches. Puis à partir du 23 juillet, le soleil brille dans un beau ciel bleu avec simplement quelques nuages sur le relief qui donnent des averses isolées en soirée sur les Pyrénées. Les températures sont de plus en plus chaudes, autour de 35°C le 26 juillet. Puis en fin de mois, des entrées maritimes donnent un ciel gris en matinée au sud de la Garonne, puis le soleil s'impose partout l'après-midi.

   

Source : Météo France

   

   

   

AOÛT 2018

Caractère dominant du mois

Un temps globalement très chaud, très sec, et très ensoleillé s'est donc imposé sur l'ancienne région Midi-Pyrénées.
Quelques orages ont permis un timide arrosage, surtout en montagne.

  

Précipitations

Très peu de pluies en ce mois d'août, en particulier du Gers au Tarn en passant par la plaine toulousaine.
Seuls le relief pyrénéen et les Causses du nord de la région sont un peu plus arrosés.

Après les très forts orages de Juillet associés à des cumuls de pluie localement importants, nous revenons à un temps très sec en Août.
Ce constat est d'autant plus vrai sur une large bande allant du département du Gers, traversant le midi toulousain, le Tarn-et -Garonne, le Tarn, et allant jusqu'à l'ouest de l'Aveyron. Avec des cumuls mensuels seulement compris entre 10 et 16 mm à Albi, Toulouse, Montauban ou Auch, 2018 entre dans le top 3 des mois d'aout les plus secs au cours de ces 30 dernières années.
Sur les plateaux du nord de l'Aveyron, sur le Lot, et au pied des Pyrénées, les quelques orages ont permis un arrosage modéré : une trentaine de mm sont relevés à Gourdon, Rodez, ou Tarbes, jusqu'à 53 mm à St Girons.

2018-08.png  

  

Températures

Il a donc fait chaud en cette fin d'été sur toute la région. Les températures sont nettement supérieures aux normales de saison. Cette chaleur est plus modérée en montagne.

Après les très forts orages de Juillet associés à des cumuls de pluie localement importants, nous revenons à un temps très sec en Août.
Ce constat est d'autant plus vrai sur une large bande allant du département du Gers, traversant le midi toulousain, le Tarn-et -Garonne, le Tarn, et allant jusqu'à l'ouest de l'Aveyron. Avec des cumuls mensuels seulement compris entre 10 et 16 mm à Albi, Toulouse, Montauban ou Auch, 2018 entre dans le top 3 des mois d'aout les plus secs au cours de ces 30 dernières années.
Sur les plateaux du nord de l'Aveyron, sur le Lot, et au pied des Pyrénées, les quelques orages ont permis un arrosage modéré : une trentaine de mm sont relevés à Gourdon, Rodez, ou Tarbes, jusqu'à 53 mm à St Girons.

2018-08-1.png   2018-08-2.png

  

Insolation

Ce mois est remarquablement ensoleillé sur les 3 décades. Le temps est resté un peu plus nuageux en montagne, notamment les après-midi.

Le temps souvent anticyclonique et calme qui s'est imposé a permis un ensoleillement quasi optimal sur une grande partie de la région.
La durée d'insolation mensuelle mesurée en plaine est de l'ordre de 280 à 300 heures, quelques 10 ou 25% de plus que les normales.
A Toulouse, Auch, Albi, Montauban, Aout 2018 se place parmi les 4 ou 5 mois les plus lumineux depuis 30 ans. Ce constat est moins marqué au pied des Pyrénées.

  

Vent

Logiquement, les situations météo relativement calmes qui se sont imposées ont entrainé peu de périodes de vent fort.
Les périodes d'autan sont restés très rares, un vent de nord ouest faible à temporairement modéré s'est le plus souvent imposé sur la région.
A noter toutefois quelques bonnes rafales sous orages : le 12 à Toulouse et Millau avec respectivement 92.2 et 80.3 km/h, 64 km/h à Rodez. Et le 28 avec 76 km/h à St Girons, 68 km/h à Tarbes, 60 km/h à Auch, toujours sous orages.

    

Faits marquants

- Fortes chaleurs du 01 au 06 juillet.
La canicule d'une durée modérée de 6 ou 7 jours en début de mois est l'élément marquant de la période.
Des températures maximales de 37.4°C sont enregistrées à Caylus le 03, 37.3°C à Montauban le 06.
Nous restons tout de même "loin" des records de 2003, où le mercure avait fréquemment dépassé la barre des 40°C.
En revanche, sur cette période de 6 jours, des records absolus de chaleur en températures minimales sont battus ou approchés, pour quelques dixième : 23.1°c en fin de nuit le 07 à Muret (début des mesures en 1996) 23.9°C à Toulouse contre 24,1 °C relevé en Aout 2000.

- Un été record.
Les températures moyennes sur la période juillet/Aout atteignent des records : 24°C à Toulouse, deuxième enchainement juillet/Aout le plus chaud depuis 1949 après 2003 (loin devant avec 25.5 °C).
22.3°C à Gourdon, deuxième enchainement juillet/Aout depuis 1961 après 2003 (23.5°C).
21.7°C à Tarbes, quatrième enchainement juillet/Aout le plus chaud de puis 1949.
Sur la période totale juillet, aout, septembre, nous nous acheminons partout vers le 2ème été le plus chaud en midi Pyrénées depuis que les mesures existent.
  

RÉSUMÉ :

Du 1er au 7 : Chaleur caniculaire.

Un temps anticyclonique et très chaud s'est installé sur la région. Le 1, le ciel est encore nuageux sur le piémont et dans les vallées pyrénéennes, le soleil brille en revanche sur le reste de la région.
Nous conservons ce temps très chaud et très sec jusqu'au 6. Le 7, le flux bascule au sud-ouest et des orages finissent par éclater vers le relief des Pyrénées, puis sur le nord de l'Aveyron et le Lot. Les températures à cette occasion sont en baisse par l'ouest.

   

Du 8 au 17 : Temps chaotique.

Le temps est encore variable le 8 et 9, avec quelques petites averses en montagne, atteignant plus localement la plaine. Du 10 au 11, le soleil redevient bien présent sur la région, avec un mercure qui remonte progressivement. Le 12, le flux s'oriente au sud ouest: après une chaude journée, des orages se déclenchent en soirée et finissent par se généraliser, avec à la clef un arrosage parfois conséquent. Du 13 au 14, un temps instable et relativement frais s'installe, petites averses et passages nuageux sont observés. Une belle accalmie se dessine du 15 au 16, le soleil omniprésent fait remonter le mercure. Le 17, une zone d'averses traverse le sud de la région, des ondées parfois soutenues sont observées au pied des Pyrénées ou sur l'Aveyron.

   

Du 18 au 23 : Chaud.

Un temps anticyclonique s'installe du 18 au 21. Les passages nuageux en début de période laissent ensuite la place à un temps très ensoleillé, de plus en plus chaud. Du 22 au 23, les conditions redeviennent instables: des averses orageuses se produisent ici et là.

   

Du 24 au 31 : Chaud, quelques averses.

Le temps est mitigé les 24 et 25, avec un temps nuageux, une fraîcheur temporaire, et quelques faibles pluies. Du 26 au 28, nous retrouvons un temps estival plus classique, qui se termine le 28 par des températures très élevées et quelques orages en montagne.
Changement de masse d'air du 29 au 31, un flux d'ouest bien établi donne un bon arrosage le 29 sur le piémont. Un temps plus ou moins variable s'impose les 30 et 31.

   

Source : Météo France

   

   

   

SEPTEMBRE 2018

Caractère dominant du mois

Des conditions souvent anticycloniques entrainent un ensoleillement record, des températures élevées, et des précipitations rares mais parfois intenses.

  

Précipitations

Presque exclusivement liées aux orages, les précipitations sont quasi inexistantes de l'Aveyron au Lot, très déficitaires ailleurs, mais avec de forts excédents ponctuels.

Les cumuls mensuels sont déficitaires de 60 à 80 %, et même davantage sur le sud-est de l'Aveyron où ils n'atteignent pas 3 mm.
Dans cette sècheresse globale, des abats d'eau orageux localisés forment un contraste saisissant, comme les 70 mm enregistrés à St Sernin-sur-Rance (12). Sans l'orage du 12, la station n'aurait enregistré que 3 mm, comme ses voisines.
D'est en ouest, les stations de plaine n'ont connu que 1 à 4 jours de précipitations significatives, pour une normale de 6 à 8.
Prés des Pyrénées, l'arrosage est plus copieux, dépassant 40 mm sur le piémont et 80 mm en fond de chaîne, mais il reste globalement déficitaire.

2018-09.png  

  

Températures

Comme les trois mois précédents, septembre reste nettement plus chaud que la normale, avec un écart de 2 à 3 degrés pour les températures moyennes, 3 à 4 pour les maximales.

Avec une température moyenne voisine de 21 °C en plaine, soit 2 à 3 degrés au-dessus de la normale, septembre 2018 est l'un des 4 mois de septembre les plus chauds de ces 60 dernières années. A Blagnac, il surpasse légèrement ses rivaux de 1987, 2011 et 1991. Il se place en 4e position à Montauban.
Sur les Pyrénées, ce cru 2018 s'avère plus proche de la normale, avec un bonus de 1 à 2 degrés.
Pourtant, les nuits ont été parfois fraîches, en particulier au nord de la région, moins concerné par les entrées maritimes de nuages bas.
Aucune nuit gélive n'a été recensée, mais on s'en est bien approché le 25, avec seulement 1°C sous abri sur les plateaux aveyronnais.
C'est sur les températures maximales que l'écart à la normale est le plus marqué : il dépasse 3 degrés sur les 2/3 de la région, et atteint 5.4 degrés à Bastidel'Evèque (12), un record depuis le début des mesures en 1978.
Les valeurs maximales atteintes durant les journées les plus chaudes (le 11, le 17 et le 20) ne sont pas exceptionnelles, 33 à 34°C en général. C'est la fréquence des journées chaudes qui est remarquable : on compte 24 à 26 journées à plus de 25°C en plaine, pour une normale de 14 à 15. Et la station d'Albi a enregistré 14 journées à plus de 30 °C, contre 3 ou 4 habituellement !

2018-09-1.png   2018-09-2.png

  

Insolation

En plaine et sur le Massif Central, c'est le mois de septembre le plus ensoleillé des 20 dernières années.
La situation est plus habituelle sur les Pyrénées.

En plaine et sur le Massif Central, la durée d'insolation de 250 à 290 h représente un excédent de 30 à 35 % par rapport à la normale, et constitue un record pour les 20 dernières années. Les stations les plus anciennes ont cependant enregistré des mois de septembre encore plus ensoleillés, en 1997 et 1985. 
Le long des Pyrénées, le soleil s'est montré moins généreux, avec un bonus plus modeste, d'environ 10 %.

  

Vent

Comme à l'accoutumée, ce mois de septembre s'est montré assez tranquille, avec des conditions souvent anticycloniques.
Les orages, moins fréquents et moins virulents qu'en été, n'ont généralement pas occasionné de rafales supérieures à 60 km/h, sauf le 12 où 63 km/h ont été enregistrés à Peyrusse-Grande (32).
En fin de mois, un temps plus agité commence à se mettre en place, avec un vent de nord-ouest plus soutenu le 24 (55 km/h à Blagnac), suivi d'un coup vent d'Autan assez fort le 26 : 70 km/h à Montredon-Labessonié (81), 87 km/h à St Félix-Lauragais (31).

    

Faits marquants

- Sècheresse exceptionnelle sur le sud de l'Aveyron.
Avec 67 mm tombés le 12, la station de Saint-Sernin-sur-Rance détient le record du cumul de pluie quotidien enregistré ce mois-ci sur la région. A seulement 13 km de là, Belmont-sur-Rance n'a reçu que 2.3 mm durant tout le mois ! Depuis le début des mesures en 1967, seul septembre 1985 s'y était montré plus sec. Cette sécheresse exceptionnelle concerne tout le sud-est de l'Aveyron : des Grands Causses au Lévezou, les précipitations sont presque partout inférieures à 3 mm.
Sur la moitié nord-est de la région, la sècheresse des sols, déjà marquée à la fin août, s'est considérablement aggravée en septembre. Sur la moitié sud, pourtant copieusement arrosée en début d'année, seuls le Comminges, le Volvestre et le piémont ariégeois conservent des sols un peu plus humides que la normale en fin de mois.
- Orages très pluvieux le 5.
Après une journée très chaude (maximales voisines de 30 degrés en plaine), des orages se déclenchent sur les Pyrénées dans l'après-midi et gagnent presque toute la région en soirée et la nuit suivante. L'arrosage est copieux sur le piémont, et du Comminges au  Volvestre, avec une lame d'eau de 30 à 50 mm, et localement davantage (65.6 mm à Lagrace-Dieu (31)). D'autres orages aussi pluvieux se produisent le 12 et le 18, mais ils restent isolés.

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 9 : Beau mais souvent instable.

Le mois débute par des conditions anticycloniques en air sec. Les journées sont bien ensoleillées, les températures maximales tournent autour des 30°C en plaine, mais la nuit le thermomètre s'abaisse jusqu'à 8 ou 9 °C. Dès le 3, de l'instabilité se manifeste par des averses orageuses sur les Pyrénées. Elles s'étendent au piémont le 4, puis se généralisent le 5, n'épargnant que le sud-est de l'Aveyron et l'est du Tarn. Les abats d'eau sont conséquents au sud : 40 à 60 mm sur l'Ariège, 66 mm à Lagrace-Dieu(31). L'activité faiblit
les jours suivants et se cantonne aux abords des Pyrénées, avec cependant un orage très pluvieux en Comminges le 9.

   

Du 10 au 20 : Très chaud, parfois orageux​.

La 2e décade se caractérise par des températures largement supérieures aux normales de saison, sauf du 13 au 15 où un flux de nord-ouest ramène des valeurs plus habituelles. En plaine les minimales sont comprises entre 15 et 20 °C (Blagnac, nuit du 17 au 18). Les maximales dépassent largement les 30 °C : elles frôlent 34 °C le 11 à St Côme d'Olt (12) comme à Albi (81). Le temps est généralement très ensoleillé et sec, mais des orages localisés et peu mobiles apportent parfois des précipitations intenses, comme le 12 sur sur un axe Vic-en-Bigorre (65) - Lauzerte (82), et de Lanta (31) à St Sernin-sur-Rance (12), ou le 18 au nord de Cahors.

  

Du 21 au 24 : Régime océanique plus tempéré.

Des perturbations atténuées circulent sur la région, ramenant un temps plus conforme à la saison, avec un ciel plus gris et des pluies éparses.

    

Du 25 au 30 : Ensoleillé et chaud.​

Le retour de conditions anticycloniques se traduit d'abord un ciel bien dégagé dans la nuit du 24 au 25 et des températures très fraîches au petit matin, avec localement de petites gelées au niveau du sol. Mais sous un soleil généreux, la douceur reprend rapidement le dessus, et les maximales flirtent à nouveau avec les 30 °C le 27 et le 28.

   

Source : Météo France

   

   

   

OCTOBRE 2018

Caractère dominant du mois

Avec des flux de sud à sud-est fréquents, les températures sont restées plutôt douces.
Ce mois est surtout très arrosé sur le sud du Tarn et de l'Aveyron.

  

Précipitations

Octobre 2018 est correctement arrosé sur les trois quarts de Midi Pyrénées, les cumuls sont conformes aux normales.
Le Tarn et le Sud de l'Aveyron font exception, avec de très forts cumuls.

Après cinq années consécutives où octobre a été plutôt sec, nous renouons en 2018 avec un cru plus arrosé. C'est en plaine toulousaine, et sur le département du Gers que les cumuls sont les plus faibles: ils atteignent toutefois les 50 à 60 mm et sont proches des normales. L'arrosage sur le Tarn et Garonne, le Tarn et du sud de l'Aveyron est en revanche très abondant: 93.5 mm sont relevés à Montauban, 122 mm à Albi, et ponctuellement un maximum de 505 mm à la station de la Bastide Rouairoux dans la montagne noire.
Il tombe sur cette zone de l'Est du Tarn jusqu'à 250 mm en 48 heures les 14 et 15 octobre. Les cumuls de pluies sur le piémont des Pyrénées sont proches de 80 à 90 mm, proche des normales.

2018-10.png  

  

Températures

Elles sont généralement légèrement supérieures aux normales de saison.
Conformes à la moyenne à Tarbes ou St Girons, et localement supérieures à la moyenne de 0.6 à 0.7 °C.

Pas d'anomalie forte du mercure pour ce mois d'octobre : une relative douceur a accompagné l'arrivée de l'Automne :
les températures moyennes sont plutôt supérieures aux normales de saison, en particulier sur le nord de Midi-Pyrénées.
Ce excédent va de +0.8 °C à Rodez ou Gourdon, à +0.2°C à St Girons.
On remarque une zone de températures maximales plus basses que la normale du Gers au Tarn, en liaison avec un ensoleillement un peu plus faible sur cette bande centrale d'Auch à Albi.
La première quinzaine du mois est plutôt de caractère estival: malgré un petit coup de froid du 7 au 8, on dénombre ainsi à Montauban 7 jours sur cette période où le thermomètre a dépassé la barre des 25 degrés, 6 jours à Gourdon ou Toulouse, 4 à Tarbes.
Du 16 au 25, les températures redeviennent un peu plus conformes aux normales : les températures maximales oscillent la plupart du temps autour des 20°C, tandis que les températures minimales sont comprises entre 10 et 15°C jusqu'au 21, puis passent quasiment partout sous la barre des10°C du 22 au 25.
Les températures en fin de mois sont toutes assez nettement inférieures aux normales: le 29 est la journée la plus froide, avec des températures maximales de seulement 6.3°C à Toulouse, 6.4°C à Auch, 1.9°C à Rodez, 1.3°C à Millau avec un peu de neige.

2018-10-1.png   2018-10-2.png

  

Insolation

Il est correct, sans plus, assez proche des normales de saison: le soleil a été un peu plus généreux qu'habituellement sur le piémont des Pyrénées, et plus avare de ses rayons dans le Tarn.

L'ensoleillement est plutôt généreux du Lot au Tarn-et-Garonne en passant par l'Aveyron: +40 heures de soleil à Gourdon, +13 h à Millau, +10 h à Montauban. Nous dépassons également les moyennes respectivement de 13 et 18 h à Tarbes ou à St Girons. En revanche, il manque quelques heures de soleil à la station de Toulouse (-5 h), d'Albi (-13 h ), ou d'Auch ( -3 h ) pour atteindre les normales d'octobre. La première décade est partout particulièrement bien ensoleillée.

  

Vent

L'automne est souvent propice aux épisodes de vent de sud-est en marge des épisodes pluvieux méditerranéens.
C'est surtout dans l'Aveyron que ce vent a soufflé le plus fort: 89 km/h à Millau le 15 et 88.6 km/h à Rodez le 31.
C'est dans cette région que les vents forts ont été également les plus fréquents :
12 occurrences de vent supérieur à 60 km/h à Millau, 8 à Rodez.
Plus à l'ouest du domaine de l'autan on relève seulement 77 km/h à Albi, 74.9 km/h à Toulouse, 70 km/h à Montauban.
Peu d'épisodes de vent fort significatifs du Gers au piémont des Pyrénées.

    

Faits marquants

- Des épisodes pluvieux remarquables sur le sud du Tarn.
Cet automne se caractérise en effet par des épisodes pluvieux intenses et surtout fréquents sur le pourtour méditerranéen.
Du 8 au 10, des pluies déjà soutenues se produisent de la montagne noire aux monts de Lacaune, avec des cumuls atteignant ponctuellement les 120 à 150 mm sur ces 3 jours, avec ponctuellement 80 mm rien que sur la journée du 10.
Ce premier arrosage qui contribue déjà à la saturation des sols sur la région précède l'épisode méditerranéen majeur des 14 et 15 octobre :
Le 14, nous enregistrons des cumuls de pluie atteignant 215 mm sur la station automatique de Dourgne (record de précipitations quotidienne à la station depuis son ouverture en 1956) au pied de la montagne noire, et 150 mm à Mazamet.
Le 15, les plus forts cumuls sont enregistrés un peu plus à l'est, des monts de Lacaune au sud de l'Aveyron, avec ponctuellement encore 120 à 150 mm (119 mm à Lacaune par exemple).
Sur les deux jours, 200 à 300 mm d'eau se seront déversés sur la zone.
Sur l'ensemble du mois, ces cumuls records pour atteignent 330 mm à Mazamet, 339 mm à Dourgne, 587 mm à la station de Fresse-Murat à 1022 m d'altitude.

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 6 : Temps calme.

Au tout début de mois, dans une ambiance fraiche, le ciel est souvent nuageux par flux de nord ouest.
Le ciel va ensuite se dégager pour offrir du 2 au 5, de belles périodes de soleil à l'ensemble de la région.
Après une belle journée le 06, un front pluvieux est de retour la nuit suivante.

   

Du 7 au 18 : Flux de sud et fortes pluies à l'est​.

Du 7 au 8, le temps est médiocre sur l'ensemble de la région, par flux de nord à nord-est.
Du 9 au 10, un flux de sud avec épisode pluvieux méditerranéen s'impose, arrosant surtout copieusement le Tarn et le Sud Aveyron. Du 11 au 13, les champs de pression sont en hausse, soleil ou vent d'autan sont au programme :
nous observons toujours quelques résidus pluvieux des monts de Lacaune à la montagne noire, et jusqu'au sud Aveyron. Du 14 au 15, des remontées de sud arrosent copieusement toutes les régions, avec toujours un maximum de précipitations sur le sud du Tarn. Du 16 au 17, un temps humide et nuageux reste à l'ordre du jour, de petites pluies sont présentes sur le sud de la région.

  

Du 19 au 25 : Anticyclonique.

Un temps calme est de retour, avec des champs de pression élevés : les brouillards et grisailles matinales sont nombreux et fréquents en plaine le matin. Ils peuvent persister jusque dans l'après-midi.

    

Du 26 au 31 : Froid et humide.​

Une descente d'air froid associée à un temps perturbé s'installe sur la région: pluies et baisse du mercure sont observés les 26 et 27, avec un peu de neige sur le relief des Pyrénées. Du 28 au 29, le temps est froid partout, on observe des chutes de neige à basse altitude le 29 sur l'Aveyron et le Tarn, jusqu'à 10/20 cm au dessus de 700 m d'altitude. Le 30, le vent d'autan est de retour, accompagné de températures plus clémentes et de quelques périodes de soleil.
Ce flux de sud s'accompagne néanmoins de nouvelles fortes pluies sur l'Aveyron et le sud du Tarn. Les précipitations sont plus faibles et éparses sur l'ouest de la région.

   

Source : Météo France

   

   

   

NOVEMBRE 2018

Caractère dominant du mois

Ce mois de novembre est caractérisé par une douceur remarquable, un très bon ensoleillement et un déficit pluviométrique important.

  

Précipitations

Les pluies sont proches de la normale sur les versants méditerranéens du Massif central, mais elles sont beaucoup plus faibles sur le reste de la région avec un déficit qui dépasse souvent les 50%.

Les précipitations sont déficitaires sur la quasi totalité du territoire et tout juste proches de la normale sur une mince bande en bordure des versants méditerranéens du Tarn et de l'Aveyron.
Le cumul mensuel atteint environ 130 mm du Larzac aux Monts de Lacaune, mais seulement 30 à 40 mm de la plaine gersoise à la plaine albigeoise. Le déficit pluviométrique le plus important (supérieur à 50%) se situe de la Bigorre à l'Armagnac, ainsi que sur le Rouergue et le Ségala.
Le nombre de jours avec des pluies significatives (au moins 1 mm) est très faible, souvent compris entre 5 et 8 jours, alors que la moyenne dans les plaines se situe entre 10 et 12 jours de pluie en novembre.

2018-11.png  

  

Températures

La douceur a dominé largement tout au long du mois. Les températures sont partout supérieures aux normales, avec un écart qui atteint 2 degrés sur tout le Massif central.

Les températures se situent à un niveau nettement plus élevé que la normale, aussi bien pour les températures diurnes que pour les températures nocturnes. L'écart à la normale dépasse les 2 degrés sur de très nombreuses localités, en particulier sur la moitié nord-est de la région, à proximité du Massif central.
La période la plus chaude est observée du 10 au 17 novembre, avec des valeurs qui dépassent souvent les 20°C. Ainsi, le 11 novembre on relève jusqu'à 23°C dans le Tarn à Florentin, puis le lendemain 21°C à Toulouse, 22°C à Montauban et 24°C à Bioule (82) ! 
Le 15 novembre, la température atteint 21°C à Tarbes (65) et 22°C à Souillac (46). Vers la fin du mois se produit une nouvelle bouffée de douceur avec par exemple 19°C à Anglars (46) et 22°C à Luchon (31).
Les températures au-dessous de la normale sont très rares, avec un seul épisode froid autour du 20 novembre : température maximale de 7°C à Toulouse, 5,5°C à Auch et 4,5°C à Tarbes le 20 novembre au meilleur de la journée. C'est aussi à cette période que sont apparues les premières gelées de la saison hivernale, avec par exemple -2°C à Condom (32) et -4°C à Gourdon (46). Sur l'ensemble du mois, le nombre de jours avec gelée est très faible : 2 à 5 jours près du Massif central et aucune gelée observée dans de nombreuses régions de plaine.

2018-11-1.png   2018-11-2.png

  

Insolation

Le cumul mensuel de l'ensoleillement est supérieur à la normale sur une grande partie de la région, sauf dans le sud de l'Aveyron où le déficit atteint 25%.

Malgré quelques journées bien grises, le soleil a brillé à de nombreuses reprises. C'est en milieu de mois que le temps a été le plus ensoleillé, avec des températures très douces et un beau ciel bleu sur l'ouest de la région après la dissipation des brouillards matinaux.  L'ensoleillement est excédentaire de 15 à 20% du Lot au Gers et à la plaine ariégeoise, mais plus faible sur le sud de l'Aveyron, avec un déficit de 25% à Millau.

  

Vent

Le vent d'autan a soufflé très souvent au cours de ce mois de novembre : 17 jours à Toulouse et 20 jours dans le sud du Tarn.
Le 5 novembre, les rafales atteignent 95 à 100 km/h sur le Lauragais et le Castrais, puis le 11 novembre le vent de sud-est souffle entre 100 et 110 km/h sur le Tarn et l'Aveyron. Le 18 décembre, des rafales de 80 à 85 km/h sont observées à Toulouse et Saint-Félix-Lauragais, ainsi que sur la plaine ariégeoise.
En montagne, de fortes rafales de sud sont aussi mesurées en milieu de mois, notamment le 12 novembre : 95 km/h à Luchon (31) et 107 km/h à Alpuech, en Aubrac.

    

Faits marquants

- Pluies cévenoles.
En début de mois, des épisodes pluvieux ont affecté le sud du Massif central, avec des précipitations orageuses qui ont donné des cumuls importants de la Montagne Noire jusqu'au sud de l'Aveyron. Le 5 novembre, il est tombé 41 mm à Dourgne (31) et 57 mm à Fraisse-
Murat (81). Puis le 9 novembre, les pluies ont donné près de 40 mm sur le Larzac, nettement moins cependant que sur les Cévennes, où on a relevé jusqu'à 200 mm dans le sud de la Lozère !

- Bilan de l'automne.
Cet automne 2018 se caractérise par des températures très douces et par des précipitations contrastées.
Les températures moyennes sont supérieures à la normale sur la totalité de la région, avec un écart proche de 1 degré à Saint-Girons et Auch, 1,5°C à Toulouse, Albi et Gourdon et près de 2°C à Millau.
Le cumul des pluies est très contrasté. Le déficit est bien marqué sur l'ouest et le nord de la région, autour de 50% du Gers au Lot et jusqu'à 60% sur le Rouergue et l'Aubrac. En revanche, sur le sud du Massif central, l'excédent pluviométrique est important, autour
de 50% des Monts de Lacaune au sud du Larzac et jusqu'à 100% sur la Montagne Noire, où il est tombé plus de 400 mm en 3 mois.
Le soleil a brillé généreusement au fil de cette saison automnale, avec un cumul partout supérieur à 500 heures, soit un bonus de 15 à 20% par rapport à la normale.
  

RÉSUMÉ :

Du 1er au 10 : Perturbé.

Les perturbations donnent des ondées éparses en début de mois, avec des températures assez fraîches. Puis un temps plus calme favorise la formation de brouillards et de nuages bas parfois tenaces dans les plaines. A partir du 5 novembre, un temps plus agité se met en place : après de fortes rafales de vent d'autan, des pluies orageuses gagnent la région dans la nuit du 5 au 6 et ce temps perturbé se maintient les jours suivants. Les températures sont assez douces de jour comme de nuit.

   

Du 11 au 18 : Douceur.

Dans un flux de sud, le temps est bien ensoleillé et le vent d'autan souffle temporairement assez fort.
Les températures sont très douces, entre 12 et 15°C la nuit et souvent plus de 20°C l'après-midi. A partir du 14 novembre, l'établissement de conditions anticycloniques apporte un temps stable, avec des brouillards fréquents puis du soleil en journée. Les températures de l'après-midi sont toujours très douces, proches de 20°C sur la majeure partie de la région.

   

Du 19 au 21 : Plus froid.

Le temps change, avec l'arrivée d'une perturbation dans un flux de nord-ouest qui apporte de la neige sur l'Aubrac et sur les Pyrénées.
Les températures sont basses, avec des valeurs maximales de 5 à 8°C le 20 novembre, jour le plus froid du mois.

   

Du 22 au 30 : Faiblement perturbé.

Un flux océanique perturbé apporte de nombreux nuages et des pluies passagères, un peu plus marquées sur le sud du Massif central et sur les Pyrénées, où il neige temporairement dès 1200 mètres le 26 novembre. Puis le temps s'améliore un peu le 27 et le 28 dans une ambiance plus fraîche.
Les deux derniers jours du mois sont à nouveau agités, avec du vent d'autan puis des pluies bien marquées.

   

Source : Météo France

   

   

   

DÉCEMBRE 2018

A venir !!!


16h27 pub.png


 

bam pub.png


Visites depuis 2016

 121833 visiteurs

 5 visiteurs en ligne

 

Passionné de météo depuis tout petit, je tenais à vous faire partager ma passion…

Cyrille81

 

MétéoTarn.fr  ©  2016 - 2019